Il y a 56 ans, le 13 octobre 1964 à Ivry sur Seine, Dieu rappelé à lui Madeleine Delbrêl

Née en 1904, Madeleine Delbrêl traversa une période d’athéisme entre 16 et 20 ans. Convertie « dans un émerveillement qui ne la quittera jamais », elle eut le désir de partir vivre au milieu des incroyants et des pauvres pour y annoncer l’Evangile.

Connue surtout pour son engagement social dans le monde ouvrier et son dialogue avec les communistes, Madeleine Delbrêl se sentait proche des athées. A dix-sept ans, elle avait même proclamé son athéisme dans un texte fameux intitulé : « Dieu est mort… vive la mort. »  Une personnalité atypique !

« On a dit: «Dieu est mort.» Puisque c’est vrai, il faut avoir le courage de ne plus vivre comme s’il vivait. On a réglé la question pour lui; il faut la régler pour nous.

Tant que Dieu vivait, la mort n’était pas une mort pour de bon. La mort de Dieu a rendu la nôtre plus sûre. La mort est devenue la chose la plus sûre. Il faut le savoir. Il ne faut pas vivre comme des gens pour qui la vie est la grande chose.(…) On est tous tout près du même malheur, est-ce que oui ou non on aura le cran de le dire? Le dire ?

Mais avec quoi ?  Les mots même Dieu les a esquintés…Peut-on dire à un mourant sans manquer de tact «Bonjour» ou «Bonsoir» ? Alors on lui dit «Au revoir», ou «Adieu»…tant qu’on n’aura pas appris comment dire «A nulle part»…«A rien du tout»…Version originale, «Eblouie par Dieu»,

corr. vol. 1, p29, mars 2004, éditions Nouvelle Cité

Le parcours de Madeleine Delbrêl incarne la dimension sociale d’une vie dévolue aux autres. D’abord dans le cadre d’une paroisse, puis comme coordinatrice à l’échelon communal, avec son diplôme d’assistante sociale qui l’a placée sur le terrain de la réflexion théorique et déontologique. Elle s’est attachée par ses nombreux écrits à définir le service social à la fois en tant que professionnelle et en tant que chrétienne, ne cessant d’interroger la formation et les pratiques des assistantes sociales jusqu’à devenir une de leurs porte-paroles. Son pragmatisme en a fait une figure singulière du service social du XXe siècle.

Madeleine a été déclarée vénérable* le 26 janvier 2018 par le pape François.

* C’est la première étape du processus de canonisation. « La vie de la personne proclamée vénérable est proposée en exemple aux chrétiens, mais sans aucun culte public».

Ce statut atteste de l’héroïcité des vertus du « serviteur de Dieu».

Cette héroïcité signifie un don de soi total et durable dans l’amour

©2020 OGEC du Sacré Coeur un site internet réalisé par Agence 48

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?