Messie…. y joue pas au Barça !!!

Oui, c’est bien une réflexion que m’a fait un élève de caté cette année. Cela rend humble non. Quand la foot, devient religion !

 

Plus sérieusement, à partir de saint Paul, “Christ” est devenu pour les chrétiens un nom propre. mais le mot est d’abord la traduction en grec du participe hébreu mashiah et christ (khristos en grec) se recouvrent.

Le messie ou le christ désignent donc une personne qui a reçu une onction d’huile sainte. Avant d’être attribué à Jésus après sa résurrection, le titre de « messie » était d’abord conféré au roi au moment de son intronisation, après qu’il eut reçu l’onction. Mais il a aussi désigné d’autres personnages, notamment les prêtres.

L’onction d’huile est le principal rite du sacre du roi. Elle symbolise l’investissement du roi par l’Esprit et fait de lui le représentant du Seigneur à la tête de son peuple. Le roi devient ainsi le « messie », un personnage sacré à qui tous doivent manifester un respect religieux. C’est par le roi que Dieu veut accomplir ses projets de salut à l’égard de son peuple. Au nom du Seigneur, le roi-messie est chargé de guider le peuple d’Israël en veillant sur lui comme un pasteur sur son troupeau. Le roi est aussi le gardien du droit et doit appliquer la justice avec équité, en particulier à l’égard des pauvres.

Dans l’évangile de Jean 4,25-26 “La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. » Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. »

C’est après sa mort et sa résurrection que les disciples reconnaîtront la messianité de Jésus. Jésus est le messie de Dieu en vertu de sa filiation divine, qui est apparu au grand jour dans le fait de sa résurrection. C’est ainsi que Pierre, en proclamant que Jésus est ressuscité, déclare que « Dieu l’a établi Seigneur et Christ » (Actes 2, 36). Les chrétiens signifient par là que Dieu a réalisé sa promesse de donner à son peuple un chef et d’un pasteur qui est l’Emmanuel, la présence de Dieu au milieu de son peuple.

C’est donc, cet Emmanuel, qui nous attendons ce 25 décembre, cet Emmanuel que nous célébrerons en famille.

 

Ô viens, Jésus, ô viens, Emmanuel,
Nous dévoiler le monde fraternel
Où ton amour, plus fort que la mort,
Nous régénère au sein d’un même corps.

 

©2019 OGEC du Sacré Coeur un site internet réalisé par Agence 48

Se connecter

Mot de passe oublié ?