Vendredi 24 avril 2020 est le premier jour du mois de Ramadan de l’année 1441H-2020

Après les Pâques juive et chrétienne, c’est au tour des musulmans du monde entier de découvrir le Ramadan à l’heure du coronavirus et du confinement. Le Ramadan, qui débute cette nuit, est un événement social par excellence, au moment de l’iftar, la rupture du jeûne, et avec une animation exceptionnelle dans les rues jusque tard dans la nuit. Pas cette année.

Mais, au fait, qu’est-ce le Ramadan ?

Le Ramadan fait partie des cinq piliers de l’islam (la profession de foi, la prière, la zakat (soutien financier aux pauvres), le jeûne du mois de Ramadan et  le pèlerinage à la Mecque une fois dans la vie pour ceux qui en ont les moyens)

Pendant un mois, le musulman s’abstient de manger et de boire, de fumer, ainsi que d’avoir des relations sexuelles tout au long de la journée. Les jeunes enfants, les personnes âgées, les malades et les femmes enceintes ne sont pas tenus de respecter le jeûne.

Avant le lever du soleil (entre 4h30 et 5 h du matin cette année en France), le fidèle se lève pour se nourrir et s’hydrater pour la journée et effectue la première prière. Un peu après le coucher du soleil (« lorsqu’il n’est plus possible de distinguer le fil noir du fil blanc », dit la tradition), la journée s’achève avec la rupture du jeûne (entre 21h30 et 22h30 cette année), généralement au moyen d’une datte et d’un verre de lait ou d’eau, en disant « Bismillah » (« Au nom de Dieu »).

Un repas festif (l’iftar ou ftour) est ensuite pris, généralement en famille ou à la mosquée (sauf cette année).

Une cinquième et ultime prière a lieu à la mosquée au début de la nuit (entre 22 h et 23 h). De nombreux fidèles s’y rendent. mais cela ne pourra se faire cette année, vu l’état d’urgence sanitaire.

La pratique du jeûne fait partie des grands devoirs de la religion musulmane. Le Coran, dans le verset ci-après en a précisé quelques règles et finalités. La tradition orale du prophète Muhammad les a détaillées et complétées :

Ô vous les Croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous— peut-être seriez-vous pieux ! — pendant des jours comptés. Donc, quiconque d’entre vous est malade, ou en voyage, alors, qu’il compte d’autres jours. Mais pour ceux qui pourraient difficilement le supporter, qu’ils se rachètent en nourrissant un pauvre. Ceux qui feront preuve de largesse en retireront un grand bien, mais il est mieux pour vous de jeûner, si vous saviez ! (Coran 2/ 182-183)

 

Lettre de Mgr Eric de Moulins Beaufort

Archeveque de Reims

Président de la conférence de évêques de France

©2020 OGEC du Sacré Coeur un site internet réalisé par Agence 48

PANNE DES LIGNES TELEPHONIQUES

En savoir plus

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?