Il y a quelques jours sur France Inter (podcast du lundi 19 octobre), Thomas Legrand, éditorialiste politique, lancez un appel : « Aidons les enseignants ! »

C’est vrai, disait-il que « dans certaines situations, les enseignants ne peuvent plus être seuls pour exercer leur mission alors qu’enfants et adolescents sont submergés d’informations via les réseaux sociaux : l’apprentissage de l’esprit critique, de la liberté d’expression, passe par la capacité à différencier trois éléments :

  • l’information ou le fait

  • l’opinion

  • la croyance

Les réseaux sociaux qui concurrencent puissamment les enseignants dans la diffusion du savoir ne font pas la différence entre ces trois éléments et même, tirent leur force et leur attractivité de les mélanger. Bien sûr, l’institution doit mieux les soutenir… mais la société toute entière aussi… ».

Qu’est-ce qu’un enseignant ?

C’est une personne qui enseigne bien sûr.

Et enseigner, c’est apprendre et faire apprendre, c’est permettre à l’enfant d’assembler les pièces d’un puzzle, c’est transmettre des connaissances et la sagesse, de développer et favoriser les échanges sociaux, c’est se préparer à la vie et surtout, c’est investir pour l’éternité.

Gardons le cap ! Enseigner n’est pas en long fleuve tranquille, les difficultés, les imprévus, les circonstances, vont mettre à mal ce beau programme, bien tracé, bien planifié. Alors, tel un marin, le rôle de l’enseignant est de nous faire, par mont et par vaux, garder la distance, tenir l’objectif et mener la classe à bon port.

Pour reprendre notre thème d’année « Marche et poursuis l’histoire », je dirais qu’enseigner ne se limite pas à notre passage sur terre. Tout le temps et toute l’énergie utilisés pour que les enfants que nous enseignons trouvent leur voie et leur but dans la vie, contribuent, influencent la vie des autres et ainsi de suite telle une chaine sans fin.

Cette somme de connaissances que nous avons reçue des générations précédentes, nous oblige, nous donne des responsabilités. Une génération sans passé est une génération sans futur. Il faut des racines pour grandir. La transmission de la sagesse, apprendre à nos enfants à vivre ensemble ne doit pas être réservé aux temps forts, aux cours de philosophie. C’est à partir de données, de rencontres, d’échanges, à travers des personnes, de confrontations que le jeune pourra se faire une opinion personnelle sur une base solide.

L’information, c’est ce que je reçois

L’opinion, c’est ce que je pense

La croyance, c’est ce que je crois.

Alors, vivons ensemble pour un partage des richesses personnelles pour enrichissement du groupe.

©2020 OGEC du Sacré Coeur un site internet réalisé par Agence 48

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?