La date de l’Epiphanie est dans le calendrier civil placée le 6 janvier,

Dans le calendrier liturgique le 3 janvier et pour les menus de la cantine le 7 janvier.

Faite votre choix pour déguster de la galette, mais souvenez-vous, que celui qui trouve la fève, achète la prochaine galette ! Pour moi à la frangipane.

Plaisanterie mise à part, la date de l’Epiphanie est le dimanche le plus proche du 6 janvier afin que le plus grand nombre de fidèles puissent la commémorer.

Avec l’Epiphanie, (mot qui vient du latin ecclésiastique Epiphania, du grec Ἐπιφάνια, le terme ἐπιφάνεια est utilisé pour désigner l’avènement (en latin adventum) du Christ et de son règne), l’Eglise célèbre la manifestation de Dieu aux hommes en la personne de Jésus-Christ. L’évocation des mages venus d’Orient (et rien ne nous dit qu’ils étaient trois) rappelle la dimension universelle du message évangélique.

Dans une homélie de Grégoire le Grand (père de l’Eglise), l’or évoque la royauté, l’encens, la divinité et la myrrhe représente la mort.

Le pape Francois dans son homélie de janvier 2019 nous invité à cette réflexion :

« Si nous sommes allés chez le Seigneur les mains vides, aujourd’hui nous pouvons y remédier. L’֤Évangile présente, en effet, pour ainsi dire, une petite liste de cadeaux : l’or, l’encens et la myrrhe. L’or, considéré comme l’élément le plus précieux, rappelle qu’à Dieu revient la première place. Il doit être adoré. Mais pour le faire, il est nécessaire de se priver soi-même de la première place et de se reconnaître pauvres, et non pas autosuffisants.

Voilà alors l’encens, pour symboliser la relation avec le Seigneur, la prière, qui comme un parfum monte vers Dieu (cf. Ps 141,2). Mais, comme l’encens doit brûler pour parfumer, ainsi faut-il pour la prière « brûler » un peu de temps, le dépenser pour le Seigneur. Et le faire vraiment, pas seulement en paroles.

A propos des faits, voici la myrrhe, un onguent qui sera utilisé pour envelopper avec amour le corps de Jésus descendu de la croix (cf. Jn 19,39). Le Seigneur désire que nous prenions soin des corps éprouvés par la souffrance, de sa chair la plus faible, de celui qui est laissé en arrière, de celui qui peut seulement recevoir sans rien donner de matériel en échange. »

Alors, comme les mages, mettons-nous en chemin, sans calcul, sans attendre d’autre récompense que celle de savoir que nous faisons la volonté de Dieu. Sans attendre à quelque chose en retour, même si cela ne nous fait pas plaisir, même si l’on ne gagne rien. Offrir un don gratuit, soigner un malade, offrir du temps à une personne difficile, aider quelqu’un qui ne présente pas d’intérêt…

Mettons-nous en marche et poursuivons l’histoire.

©2021 OGEC du Sacré Coeur un site internet réalisé par Agence 48

INSCRIPTIONS 2021 / 2022

Il ne reste que quelques places dans les classes
de maternelle et en CP pour la primaire
et en 6ème pour le collège

 

INSCRIRE MON ENFANT

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?