L’espérance dans le Nouveau Testament est un « déjà-là » tendu vers un « pas encore » visible, et elle consiste ainsi à « espérer contre toute espérance ».

Prendre la route

Tout ce qui a été dit  lors de rencontres invite à ne pas désespérer des lendemains qui s’annoncent. Dans ce monde difficile où le choc des mutations de tous ordres n’épargne personne, il est encore possible de surmonter la résignation passive à la pression des événements et aux pesanteurs des situations. Il est encore possible de construire une société où chacun deviendra plus acteur et plus créateur. Il est encore possible d’inventer un avenir qui fasse droit à la dignité des hommes et particulièrement des plus pauvres d’entre-eux.

 Une même foi nous réunit 

Ce désir de mettre un peu plus de justice dans la violence du monde ne se fonde pas sur une quelconque idéologie. Il trouve sa source dans notre foi au Christ, les chrétiens disposés à s’aider mutuellement pour ne pas laisser tomber dans l’indifférence et l’oubli la parole de Jésus quand il appelle ses disciples à chercher le « Royaume de Dieu et sa justice ». Quelle que soit la variété de nos activités et de nos responsabilités, quelle que soit la diversité de nos analyses sociales, de nos options politiques, une même certitude nous habite : impossible de croire en Dieu en fermant les yeux sur le sort de ses frères. Cette conviction nous rassemble par-delà toutes nos différences. Elle s’est manifestée à nouveau avec évidence et force au cours de ce Congrès. Elle oriente l’avenir. Cet avenir, nous devons le construire ensemble.

©2019 OGEC du Sacré Coeur un site internet réalisé par Agence 48

Se connecter

Mot de passe oublié ?